︎

Friedrich s.


musée du bauhaus et centre de conférence Friedrichstrasse à Dessau en Allemagne




statut

concours ouvert international

mission

complète

maître d'Ouvrage

ville de dessau

maître d'Oeuvre

simon clémencin architecte

date

2015

surface

5 750 m² Su 

budget

25 M€ HT

prix m²

4 350 €/m² Su

bilan environnemental

high sustainable building

matériaux

béton finition brute, béton végétal

Principes

béton structurel coulé en oeuvre


︎



Une réinterprétation de l’enseignement du bauhaus




Petite ville industrielle allemande, Dessau est célèbre pour son université d’architecture Bauhaus, entre 1925 et 1932. C’est à l’angle du «StadtPark» (parc de la ville), à l’intersection avec la Kavalierstrasse et la Friedrichstrasse que la ville a décidé d’implanter son nouveau musée du Bauhaus. La volumétrie du projet trouve un lien entre l’espace naturel et planté du parc, et le programme du musée du Bauhaus. Ce lien est le schéma d’enseignement du Bauhaus : le projet vient le décloisonner et l’articuler suivant l’implantation particulière de la parcelle dans son contexte élargi. Ce diagramme d’enseignement date de 1923 : il est constitué de 3 anneaux concentriques, autour d’un disque, représentant chacun des thématiques d’enseignement. Le projet est donc composé de trois anneaux et d’un disque extrudés, assemblés de manière à épouser la forme de la parcelle allouée. Ainsi, dans le projet, chaque anneau conserve une thématique différente : un anneau pour les espaces d’exposition, un anneau pour l’administration et les salles de réunion, un anneau pour la technique. Ces anneaux reposent sur un disque central d’entrée, qui articule et organise tous les autres. Situé à l’intersection de deux voies, entre parc et ville, le projet tient lieu d’articulation, de rotule entre ces différents tissus urbains. Les anneaux sont ainsi articulés pour venir, comme un rond point, créer une centralité qui ouvre et relie avec fluidité le parc à la ville et inversement, mais aussi les flux de visiteurs et des citadins. La façade du RDC en béton brut s’harmonise avec l’environnement urbain minéral des bâtiments alentours. La façade du R+1, organique de par son béton végétal, s’inscrit également dans ce souhait d’intégration au contexte : elle prolonge la cime des arbres du parc jusqu’à l’intersection urbaine des voies, ramenant ainsi du végétal dans la ville.


︎ ︎ ︎